Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 18:00

4e de couverture : Anax est prête à affronter le jury. Pendant cinq heures, face à trois examinateurs, elle va montrer qu'elle connaît parfaitement son sujet. Mais plus elle en dit, plus elle refermecouv51067474.jpg son propre piège...
Vous êtes sur le point de plonger dans un roman fascinant. Un thriller futuriste d'une ingéniosité stupéfiante. Et le meilleur... est pour la fin !

Mon avis : 2051, la république de Platon est instaurée suite aux premiers attentats occidentaux de 2032 en Arabie Saoudite, aux tempêtes de poussière de 2041 et aux émeutes européennes d'indépendance de 2047.
Anaximandre affronte trois jurés de l'Académie, institution la plus élitiste de l'île qui forme ceux qui conseilllent les gouvernants. Passionnée par l'Histoire, elle est fasciné par Adam Forde un philosophe rétrogradé au grade de soldat et qui pour sauver une jeune fille, a tué son coéquipier. Les questions du jury et les réponses d'Anaximandre permettent d'expliquer les motifs qui ont conduits à l'instauration de la République : la situation politique, les peurs, les défis auxquels devait faire face l'humanité avant et après l'instauration de la République de Platon.
Mais attention, cette république n'est pas celle pensée par le célèbre philosophe antique grec mais du sauveur de la race humaine qui avait, par sa richesse et son anticipation, réussit à contrôler un archipel de l'hémisphère connu sous le nom d'îles Aoteara et à éviter les ravages de la Dernière guerre débutée en 2050. Par la suite, la population a demandé à Platon de l'amener vers des temps meilleurs.
Le roman est découpé selon les heures passées avec le jury et les pauses que le jury lui accorde.
Ce roman nous questionne sur la peur, quelle soit individuelle, collective, mondiale et montre par quels mécanismes le pouvoir politique peut s'appuyer sur celle-ci et sur le sentiment d'insécurité. 
J'ai aimé le style fluide de l'auteur et le découpage du roman qui alterne les moments passés devant le jury et les pauses accordées à l'héroïne que j'ai trouvé attachante et passionnée.
Les six dernières pages sont tout simplement renversantes : cela faisait longtemps que je ne m'étais pas faite "balader" ainsi par un auteur !
Si en France, ce roman de science-fiction est classé en littérature de jeunesse, je n'adhère pas totalement à ce classement et je préfère me rapprocher du classement néo-zélandais qui considère que ce livre s'adresse à de jeunes adultes (ou de moins jeunes comme moi !) : en 2007, Genesis a d'ailleurs reçu l'Esther Glen Award et le New-Zealand Post Book Award pour les jeunes adultes.

En conclusion : je vous encourage à lire ce roman de moins de 200 pages qu'il est difficile de poser une fois commencé. Ma note est de 16/20.

Merci qui ?
Merci à La ronde des post-it sur lequel j'ai lu le billet qui m'a donné envie de lire : vous pouvez lire la critique en cliquant sur ce site !

Le petit plus de Véro :
Voici un livre qui compte double puisqu'il me permet de commencer à la fois mon challenge ABC et mon tour du monde des livres par la Nouvelle-Zélande puisque Bernard Beckett est est né en 1967 du côté de Wellington où il a étudié l'anglais, les mathématiques et le théâtre. Il est désormais enseignant à la Hutt Valley High School à Lower Hutt. 


                                                          47668423 p

                                                              logo3
          

Partager cet article
Repost0

commentaires

Cacahuète 14/01/2011 16:05



Je viens de terminer ce livre grace à un partenariat, et bien que la SF ne soit pas mon genre préféré de lecture, j'ai été complètement bluffée par la fin qui m'a scotchée !......


et tout comme toi, j'ai du mal à imaginé un jeune public lire ce livre qui ne me parait pas des plus aisée quand même !.....



Véro 14/01/2011 18:29



J'aimerai bien découvrir sa plume pour les adultes maintenant...



Lalou 27/07/2010 08:43



Merci pour ton passage sur mon blog. Comme tu le sais j'ai moi aussi beaucoup apprécié cet ouvrage. J'avais senti une partie de la fin venir, mais c'est vrai que c'est terriblement bien tourné et
que l'auteur nous balade à sa guise.


Je suis d'accord avec toi, la classification néo-zélandaise en "jeunes adultes" me parait plus appropriée pour ce roman :)


Bonne journée!



Véro. 28/07/2010 18:16



Cette classification manque vraiment. Je pense par exemple à Hunger games qui rentrerait aussi très bien dans cette catégorie.



Nadège 13/05/2010 18:55


Commentaire 32:
Pas encore trouvé à l'échange... ;-)


Grimmy 28/01/2010 01:59


Je le note également, ça a l'air sympa !


Véro. 28/01/2010 17:52



C'est un bon moment de lecture : j'espère qu'il te plaira. Merci de ton passage sur mon blog.



Nadège 27/01/2010 18:37


Tu m'as donné envie de lire ce livre
J'ai l'ai rajouté à ma "wishlist" :)


Véro. 27/01/2010 20:07



Bonne nouvelle ! J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi !



Présentation.

  • : 1000 - et - 1
  • : Mes lectures, mes coups de coeur ou de sang ... une fenêtre ouverte sur le monde.
  • Contact

1000-et-1 livres

Vous voulez tout savoir sur les livres qui sont dans ma bibliothèque, où j'en suis de ceux que je lis, ceux que j'aimerais bien lire mais qui ne sont pas encore en ma possession ...

Rien de plus simple, il suffit de cliquer ICI !

Une Recherche ? C'est Ici...

Challenges et services presse...

Archives

Des blogs où j'aime aller...

Vous trouverez ci-dessous la liste des blogs où je vais faire un tour très souvent, n'hésitez pas à aller les visiter vous aussi !

Le bazar de la littérature
 
de Melisende.
Lire et délires de Flof13. 
Le blog de Deliregirl1.
La ronde des post-it de Lasardine, Ln et Fabi.
Méli-Mélo de bouts de vie.
Les mots de Nanet.
Aperto libro de Calypso.
Entre les pages de Pauline.
Le blog de MyaRosa.
D'une berge à l'autre avec Jérôme.
Bienvenue à Bouquinbourg de Soukee.
Les carnets de lectures de Pimprenelle.
Book en stock, le co-blog de Dup et Phooka.
Les escapades culturelles de Frankie.
Le capharnaüm éclairé de Nelfe et Monsieur K.