Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 09:16

4e de couverture : je me souvenais qu'un jour, dans une plaisanterie sans gaîté, Makine.jpgCharlotte m'avait dit qu'après tous ses voyages à travers l'immense Russie, venir à pied jusqu'en France n'aurait pour elle rien d'impossible [...]. Au début, pendant de longs mois de misère et d'errances, mon rêve fou ressemblerait de près à cette bravade. J'imaginerais une femme vêtue de noir qui, aux toutes premières heures d'une matinée d'hiver sombre, entrerait dans une petite ville frontalière [...]. Elle pousserait la forte d'un café au coin d'une étroite place endormie, s'installerait près de la fenêtre, à côté d'un calorifère. La patronne lui apporterait une tasse de thé. Et en regardant, derrière la vitre, la face tranquille des maisons à colombages, la femme murmurerait tout bas : " C'est la France... Je suis retournée en France. Après... après toute une vie. "

 

Mon avis : si l'on peut toujours être critique quant à la vision  imaginée et/ou imaginaire d'un pays pour un autre, d'un continent pour un autre comme, par exemple, les peintres dit orientalistes, dans Le testament français, c'est la France qui est conçue dans cette optique. Et c'est la vision mythique de la France à travers les yeux de Charlotte Lemonnier que nous restitue son petit-fils, qui, au fil des années, est devenu son confident et s'est imprégné de l'univers décrit par cette grand-mère perdue au fin fond de la Russie du 19e.

Sans doute n'aurais-je jamais emprunté ce roman si j'avais su qu'il avait été prix Goncourt 1995 et ex-aequo du prix Médicis 1995, étant donné ma divergence de goût avec ceux qui s'arrogent le droit de faire la pluie et le beau temps dans les prix de la rentrée littéraire ... Toutefois, si je ne peux pas dire que j'ai été transportée par ce récit que j'ai trouvé somme toute assez lent et monocorde - mais cela est peut-être du au fait que je l'ai écouté en audio-livre... -  je dois reconnaître qu'il a bien accompagné les travaux que j'ai fait pendant une semaine dans la chambre de mon fils et qu'au final, j'ai fini par être intêressée même si l'action n'est pas trépidante, les rebondissements ou retournements de situation peu abondants...
La langue employée par Andreï Makine, alors même qu'il ne s'agit pas de sa langue maternelle, est magnifique et sans doute est-ce cela qui a éveillé mon intérêt pour ce roman.
Bref, une lecture qui a su me séduire et presque "m'envoûter" au fil des pages. 

 

En résumé : 15/20 pour cette rencontre assez inattendue.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article

commentaires

jerome 01/03/2013 19:13


Un auteur que j'aimerais beaucoup découvrir tant son écriture à l'air superbe.

Véro. 09/03/2013 18:27



Oui, assez curieusement, je me suis plus laissée emporter par la langue que par la forme que par le fond.



Présentation.

  • : 1000 - et - 1
  • 1000 - et - 1
  • : Mes lectures, mes coups de coeur ou de sang ... une fenêtre ouverte sur le monde.
  • Contact

1000-et-1 livres

Vous voulez tout savoir sur les livres qui sont dans ma bibliothèque, où j'en suis de ceux que je lis, ceux que j'aimerais bien lire mais qui ne sont pas encore en ma possession ...

Rien de plus simple, il suffit de cliquer ICI !

Une Recherche ? C'est Ici...

Challenges et services presse...

Archives

Des blogs où j'aime aller...

Vous trouverez ci-dessous la liste des blogs où je vais faire un tour très souvent, n'hésitez pas à aller les visiter vous aussi !

Le bazar de la littérature
 
de Melisende.
Lire et délires de Flof13. 
Le blog de Deliregirl1.
La ronde des post-it de Lasardine, Ln et Fabi.
Méli-Mélo de bouts de vie.
Les mots de Nanet.
Aperto libro de Calypso.
Entre les pages de Pauline.
Le blog de MyaRosa.
D'une berge à l'autre avec Jérôme.
Bienvenue à Bouquinbourg de Soukee.
Les carnets de lectures de Pimprenelle.
Book en stock, le co-blog de Dup et Phooka.
Les escapades culturelles de Frankie.
Le capharnaüm éclairé de Nelfe et Monsieur K.