Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 06:53

4e de couverture : "L’imprévu absolu se substitue à l’ordinaire. Le chemin ne conduit plus à aucune maison. Désormais, la maison ne confère plus aucune sécurité, ni chaleur ou couv34161293.jpgrepos. La ville, tyrannisée par l’imprévu, a transformé chaque foyer en prison. La vie est devenue fille du hasard. Je suis vivant parce que j’ai de la chance, c’est tout. Aucune autre raison ne l’explique, ni la volonté de vivre, ni même les lois de la sélection naturelle. "

Il est palestinien. Elle est française. Nous sommes à Ramallah, en 2002. Ramallah, mon amour : une longue lettre adressée à une femme, à moins que ce ne soit à la ville assiégée. Mahmoud Abou Hashhash y conjugue, entre présence et absence, mémoire et oubli, l’amour et l’écriture, qu’il construit et déconstruit sans cesse, comme cette ville dévastée à laquelle il est attaché malgré lui. Une nouvelle voix à l’heure où s’ouvre un pan inédit de l’histoire palestinienne.

 

Mon avis : il s'avère que j'ai lu ce  livre en juin dernier, soit juste après que des commandos de l'armée israélienne aient attaqué une flotille internationale d'activistes pro-palestiniens (neuf sont morts suite à cet abordage) transportant de l'aide humanitaire  et qui se rendait à Gaza et, au moment même où Israël rejettait une enquête internationale sur cette attaque. De fait, cette lecture a alors pris un relief particulier même si son cadre se déroule en 2002.

 

Ce livre expose tout à la fois la description de la vie quotidienne dans les territoires occupés et  les doutes d'un homme pris entre l'amour d'une femme éloignée, amour dans lequel il se sent prisonnier, et l'attrait irresistible d'une étrangère avec laquelle il va vivre un amour fou et magnifique. C'est donc entre peur et désir que le narrateur oscille tout au long de cette lettre qu'il écrit à la femme étrangère qui l'a quitté et dans laquelle il retrace leur histoire, prêtexte aussi à des retours en arrière lui permettant de mettre en exergue le lien particulier qui l'unit à Ramallah.

 

Mahmoud Abou Hashhash nous propose une belle écriture enlevée et parfois exhaltée comme celles des auteurs proches-orientaux  : elle est surtout le moyen de résister à la destruction du monde qui l'entoure et prend de ce fait une ampleur particulière. 

   

En résumé : un livre intéressant à lire de par son aspect témoignage et auquel je donne la note de 16/20.

   

Merci qui ?
Merci aux bibliothécaires de la MLIS qui ont mis un bandeau "coup de coeur" sur ce livre et l'ont exposé en évidence sur les présentoirs.

   

J'ai aimé ces passages :

Page 27 et 28 :

Un officier lui a demandé :

- Qu'est-ce que tu fais ?

Muhammad lui a répondu, une cigarette dansant au bout des lèvres :

- Je repeins la maison. Avec ce blocus, je ne peux rien faire. Plus de boulot. Je me suis dit que j'allais repeindre la maison.

Ces mots n'ont pas plu à l'officier. Etait-il donc possible qu'un Palestinien, au milieu de tout ce sang et de ces destructions, trouve l'envie et la volonté de repeindre son appartement ?

Le soldat a demandé :

- Tu penses rester éternellement dans cette maison et dans cette ville ?

Muhammad a répondu :

- Bien sûr ! Où veux-tu que j'aille ?

- Descends ! a ordonné le soldat furieux.

 

Page 42 :

Qui parle de guerre ? Il n'y a pas de guerre ici, seulement la conquête d'un peuple sans défense. Aujourd'hui les fenêtres sont sources d'angoisse et de mort. Elles l'ont souvent été par le passé. En de tels instants,  chacun aimerait voir les murs devenir impénétrables et les fenêtres se transformer en ouvertures minuscules. Pourtant, les gens continuent de bâtir des maisons avec des balcons et des fenêtres aussi larges que possible. Malgré cinquante ans d'occupation, pas une maison ne possède d'abri. C'est que les gens ne se sont pas départis de leur rage de vivre, de leur amour du soleil et du ciel.

 

Le petit plus de Véro : avec ce livre, mon tour du monde m'entraîne en Palestine.

 

logo3

Partager cet article

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article

commentaires

flof13 19/12/2010 23:42



le sujet m'intéresse, et je pense que je le lirai un de ces 4 ! je vais le mettre dans ma LAL ! pfff, elle est déjà en train d'exploser, alors, un peu plus, un peu moins... autant que ce soit
pour des bouquins qui en valent la peine !



Véro. 22/12/2010 10:56



Et puis un auteur palestinien, ce n'est pas si courant ...



clara 17/12/2010 09:59



Une de mes libraires m'en a parlé en bien ! Ce n'est pas une lecture dont j'ai envie en ce moment mais je l'ai noté pour plus tard...



Véro. 19/12/2010 11:19



Tu as raison d'attendre le moment qui te semble le plus propice car cela n'est pas forcémet toujours gai même si le livre n'est pas non plus pessimiste.



Présentation.

  • : 1000 - et - 1
  • 1000 - et - 1
  • : Mes lectures, mes coups de coeur ou de sang ... une fenêtre ouverte sur le monde.
  • Contact

1000-et-1 livres

Vous voulez tout savoir sur les livres qui sont dans ma bibliothèque, où j'en suis de ceux que je lis, ceux que j'aimerais bien lire mais qui ne sont pas encore en ma possession ...

Rien de plus simple, il suffit de cliquer ICI !

Une Recherche ? C'est Ici...

Challenges et services presse...

Archives

Des blogs où j'aime aller...

Vous trouverez ci-dessous la liste des blogs où je vais faire un tour très souvent, n'hésitez pas à aller les visiter vous aussi !

Le bazar de la littérature
 
de Melisende.
Lire et délires de Flof13. 
Le blog de Deliregirl1.
La ronde des post-it de Lasardine, Ln et Fabi.
Méli-Mélo de bouts de vie.
Les mots de Nanet.
Aperto libro de Calypso.
Entre les pages de Pauline.
Le blog de MyaRosa.
D'une berge à l'autre avec Jérôme.
Bienvenue à Bouquinbourg de Soukee.
Les carnets de lectures de Pimprenelle.
Book en stock, le co-blog de Dup et Phooka.
Les escapades culturelles de Frankie.
Le capharnaüm éclairé de Nelfe et Monsieur K.