Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 14:00

4e de couverture : véritable immersion au coeur du 36, quai des Orfèvres.Jourdain.jpg
Une enquête en forme d'hommage à Georges Simenon où l'auteur nous mène de moments de doute en moments de tension. La Crim' est dans tous ses états. Tous les vendredis, un tueur sévit dans les milieux culturels puis nargue par l'envoi d'un courrier les policiers du 36. Après le premier assassinat d'un conseiller d'orientation, la nouvelle victime appartient encore à l'Education nationale. L'équipe du commandant Duhamel croit tenir quelque chose.
Illusion : les victimes "sans histoire" s'accumulent et la Brigade criminelle du quai des Orfèvres s'inquiète de ne pas avoir de piste solide. Rien ne semble lier ces meurtres en série... sauf, peut-être, la passion des victimes pour les romans policiers. Une seule chose est sûre : la vérité n'est pas là où on l'attend.

 

Mon avis : vous savez que je suis plutôt amatrice de thriller et que du coup, même si j'aime les polars, je crois que je suis encore plus exigeante avec ce genre ! Et là, autant le dire tout de suite, j'ai été conquise !

D'abord par les personnages car il n'y a pas un héros servi par des accolytes mais l'histoire d'une équipe composée du commandant  Duhamel à la "gueule casseé" mais au charme certain ! De Nora, la beurette marathonienne qui ne s'en laisse pas compter et de  Chadeau pour lequel l'informatique ne présente aucun secret...

Ensuite par l'écriture : mieux vaut avoir un peu de temps devant soi en entamant cette lecture car, le lecteur n'a pas envie d'abandonner sa lecture pour faire autre chose !

Enfin et surtout l'intrigue : Hervé Jourdain m'a mené par le bout du nez ! Quelle finesse et quel esprit tortueux aussi ... mais j'adore ça ! 

Bref, ça fonctionne à fond et c'est à lire pour tout amateur de polar !

 

En résumé : très envie de lire la suite "Psychose au 36". 15/20.

 

Merci qui ? C'est encore à Dup que je dois d'avoir pu faire cette lecture ! Vous trouverez son billet ici !

 

Du côté des challenges... Ma 9ième lecture dans le challenge ABC 2013.

BANNIR~1 

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 10:00

4e de couverture : ce livre est le journal d'une résistante. Neuf mois aubrac.jpgde la vie d'une mère de famille, enceinte d'un second enfant, professeur d'histoire et de géographie qui, à ses heures perdues, fait évader quatorze personnes (dont son mari arrêté avec Jean Moulin par Klaus Barbie), passe les douanes avec des silencieux de revolvers, ravitaille les clandestins en faux papiers et les collabos en confiture au cyanure. Une femme qui n'a jamais perdu son sang froid ni son humour, sauf le jour de son accouchement à Londres.

 

 

Mon avis : je vous ai déjà  parlé de la résistance avec " L'armée de ombres" ; c'est un autre aspect de cette même histoire que nous bordons ici avec le récit de Lucie Aubrac qui se présente sous la forme d'un  journal (entre le 14 mai 1943 et le 12 février 1944) retraçant principalement l'extraordinaire audace dont elle a fait preuve pour sortir son mari des griffes de la Gestapo Lyonnaise.

 

Ce journal permet de se rendre compte du quotidien des résistants sous l'occupation : de la manière dont elle bascule de sa vie professionnelle - Lucie est professeur d'Histoire le jour – à des activités clandestines de résistante qui l'amène aussi bien à aller plaider la cause de son mari devant Klaus Barbie qu'à trafiquer sous les yeux des allemands.

 

Si j'ai préféré le livre de Joseph Kessel, dans lequel se dégage un style littéraire auquel je suis particulièrement sensible,  j'ai aimé l'éclairage presque "documentaire" apporté par le livre de Lucie Aubrac.  Je n'ai pas vu le film réalisé par Claude Berry car je voulais lire le roman avant : maintenant, j'ai très envie de voir comment a été adapté ce roman.

 

Bref, une lecture instructive et d'autant plus intéressante pour la lyonnaise que je suis.

 

En résumé : une lecture instructive : 14/20.

Du côté des challenges... ma 8e lecture. 

BANNIR~1

 

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 08:00

4e de couverture : lorsqu'elle découvre le mot énigmatique que Oates.jpgson mari lui a laissé, appuyé contre un miroir de la chambre à coucher de leur suite nuptiale du Rainbow Grand Hotel, à Niagara Falls, État de New York, Ariah est mariée depuis vingt et une heures. Lorsqu'elle apprend le même jour, en début d'après-midi, par la police de Niagara Falls qu'un homme ressemblant à son époux s'était jeté tôt ce matin-là dans les Horseshoe Falls et avait été emporté, disparu sans laisser de traces, elle est mariée depuis un peu moins de vingt-huit heures.
Tels sont les faits bruts, cruels, par lesquels commence le dernier roman de Joyce Carol Oates. Mariée et devenue veuve en l'espace d'une journée, Ariah se considère désormais comme vouée au malheur. Elle va devenir, avec le temps, une femme qui s'attend au pire pour échapper à l'anxiété de l'espoir. Une femme aux principes calmes, fatalistes, qui prévoit sa vie avec la sérénité d'un météorologue. Attendant pendant sept jours et sept nuits que l'on retrouve le corps du défunt, elle attire l'attention de Dirk Burnaby, un jeune avocat. Ensemble, ils vont fonder une famille et vivre dix années de bonheur absolu avant que la malédiction des Chutes s'abatte de nouveau…

 

Mon avis : Les chutes du Niagara n'ont plus vraiment le même aspect après cette lecture : si l'histoire s'étend sur des décennies, ma lecture s'est faite, choses rarissime, sur des mois.  J'éprouve un sentiment assez ambivalent envers ce roman : il ne m'a pas vraiment plu, il ne m'a pourtant pas déplu au point que j'en arrête la lecture. Par moment, il m'a franchement ennuyé et chaque fois que j'envisageais de l'abandonner définitivement, l'auteure réussissait à me "rattraper" et me faire poursuivre car je trouvais un regain d'intérêt à ma lecture… Cette espèce de va-et-vient s'est passée plusieurs fois.
Pour autant, et au final, je garde tout de même un avis assez mitigé sur cette lecture : un manque de rythme certain serait le plus gros défaut pour moi, suivi de près par une intrigue peu prenant. C'est plutôt une saga familiale qui permet d'aborder l'histoire politique et sociale américaines. Il est vrai également que le personnage central de  ce roman, Ariah, m'a fortement déplu et en particulier sa relation avec ses enfants donc forcément, ce n'était pas gagné !

Bref, une déception car j'attendais beaucoup de cette auteure dont j'avais beaucoup entendu parler.

En résumé : une rencontre loupée. 12/20.

 

Du côté des challenges...

BANNIR~1 

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 18:55

4e de couverture : un cadavre en morceaux artistiquement répartis Thilliez-Train-d-enfer.jpgest retrouvé aux environs de Paris. La victime a été décapitée et son corps martyrisé a fait l'objet d'une mise en scène défiant l'imagination. Le commissaire Franck Sharko est dépêché sur les lieux. Les ténèbres, il connaît : sa femme a disparu depuis six mois. Aucun signe de vie, aucune demande de rançon. Et cette nouvelle affaire, en réveillant le flic qui dormait en lui, va l'emmener au cœur de la nuit, loin, beaucoup trop loin...

 

Mon avis : premier roman de Franck Thilliez, Train d'enfer pour Ange rouge n'en est pas moins un bon thriller même si je dois lui reconnaître quelques faiblesses de premier écrit ; des formules un peu lourdes parfois et qui cadrent un peu moins bien avec le reste des propos, des dialogues qui sonnent quelquefois faux et surtout un coupable décelé, pour ma part, dès le début du 2e quart du livre : un peu trop tôt à mon goût d'autant plus que tout le reste de ma lecture n'a fait que confirmer cette impression première...

Toutefois, on ressent également tout ce qui appartient déjà à l'auteur des excellents thrillers qu'il écrira ensuite : du rythme dans le traitement de l'intrigue, un mélange subtil entre enquête et vie personnelle des protagonistes, un incroyable travail de documentation et un sens inné du thriller et de la tension psychologique.

Bref, le premier et pas le meilleur Thilliez mais si tous les mauvais thrillers étaient aussi bons que celui-ci, il n'y aurait que des lecteurs du genre heureux !

 

En résumé : un premier roman à découvrir avant de rencontrer la plume plus aboutie de l'auteur ! 14/20.

 

Du côté des challenges... Ma 6e lecture .

BANNIR~1

 

Un clic pour d'autres titres de Franck Thilliez.

Fractures de Franck Thilliez

La mémoire fantôme de Franck Thilliez

La forêt des ombres de Franck Thilliez

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 07:50

4e de couverture : Ellana-1.jpg
" - Ellana, la Voie des marchombres ne t'apportera ni richesse ni consécration, elle t'offrira en revanche un trésor que les hommes ont oublié : ta liberté. Si tu le désires, le peux accompagner tes premiers pas.

- Que voulez-vous dire ? "  

 

Mon avis : j'avais apprécié La quête d'Ewilan, j'ai aimé Les mondes d'Ewilan, mais là, franchement, j'ai adoré ce premier tome d'Ellana. Il faut dire que celle-ci me plaisait déjà beaucoup dans les séries pré-citées alors, forcément, elle partait avec un avantage sérieux. Mais au-delà, je trouve que l'écriture est plus mature et s'adresse à un public qui n'est plus forcément celui de la jeunesse ...

Les personnages sont fouillés avec, outre Ellana, un coup de coeur pour les Petits, qui, quelque part m'ont fait penser aux Hobbits du SDA, l'intrigue est prenante et renvoie par moments au deux précédentes sagas, les pages défilent à grande vitesse pour le plus grand bonheur du lecteur. La relation maître-élève est particulièrement bien transmise et tout un chacun se plaît à vouloir rencontrer un Jilano....
J'adore aussi la conception du monde de Bottero : ainsi, il y a deux réponses à toute question, la réponse du savant et la réponse du poète... et quand on y pense, cette conception n'est pas fausse !
Enfin, une mention particulière sur l'appendice en fin de livre...

 

En résumé : coup de coeur ! 18/20 ! J'ai hâte de lire la suite...

coeur livre 

 

Les mondes d'Ewilan de Pierre Bottero
D'un monde à l'autre  
Les frontières de glace  
L'île du destin     

 

La quête d'Ewilan de Pierre Bottero
La forêt des captifs   
L'oeil d'Otolep   
Les tentacules du mal     

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 23:55

4e de couverture : en tant qu'exovétérinaire, David Sarella parcourt Brussolo.jpgl'univers de monde en monde, pour le compte de l'Organisation des planètes unies. Sa mission : pacifier et réhabiliter les exomorphes belliqueux, une fois les conflits terminés. Il est aidé par sa femme, Ula, qui possède elle-même des gènes extraterrestres. Leur nouvelle mission les entraîne sur la planète Mémoriana, où un cessez-le-feu semble sur le point d'être négocié.
Sur place, toutefois, les exomorphes ne s'en laissent pas conter et la situation s'avère plus dangereuse que prévu.

 

Mon avis : pas de héros aux pouvoirs fantastiques dans ce roman mais un personnage central on ne peut plus humain, en proie aux doutes et aux incertitudes face à sa femme Ula, elle-même dotée de certains gênes la poussant à avoir un comportement qui déroute David.

Si l'univers proposé par Serge Brussolo est foisonnant d'idées novatrices, il n'en reste pas mpins que je suis restée "extérieure" à l'intrigue qui, si elle bien pensée, n'a pas su capter mon intérêt.
Je suis restée assez insensible aux hésitations de David, à cet espèce de fatalisme attaché à son personnage et plutôt inintéressée par sa relation avec Ula dont la personnalité m'a déplue.

Si la seconde partie m'a néanmoins plus "accrochée", je n'ai pourtant pas vibrée au point de vouloir dévorer la suite de l'h'histoire. Bien que n'étant pas une fan de Science-Fiction, c'est quand  même un genre qui réussit, en général, à m'attirer. Peut-être que ce monde futriste l'a trop été pour moi au point que je n'avais du mal à m'imaginer les choses.
Je sais que les amateurs de Sf ont globalement apprécié cette lecture donc, ne vous fiez pas à mon seul avis et aller jeter un coup d'oeil ici pour lire leurs avis plus positifs que le mien.

 

En résumé : une rencontre loupée. 13/20. 

 

Merci qui ? Merci à Folio SF et à Livraddict pour l'envoi gracieux de ce roman. 

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 17:03

4e de couverture : il n'y a pas très longtemps, Eragon, le tueur d'Ombres,Paolini-2.jpg dragonnier, n'était qu'un pauvre garçon de ferme, et son dragon, Saphira, seulement une pierre bleue dans la forêt. Maintenant, le destin d'un peuple entier repose sur leurs épaules.
De longs mois d'entraînements et de batailles ont rapporté des nombreuses victoires et de l'espoir, mais ils ont causé aussi des pertes déchirantes. Et puis, la réelle bataille n'a pas encore eu lieu : ils doivent affonter Galbatorix. Quand ils le ferront, ils devront être assez fort pour le vaincre. Et s'ils ne le peuvent pas, personne ne le pourra. Il n'y aura pas de seconde chance.
Le dragonnier et son dragon sont allés plus loin que personne n'aurait pu l'espèrer. Mais peuvent-ils renverser le roi maudit et restaurer la justice en Alagaësia ? Et dans ce cas, quel en sera le prix ? 

 

Mon avis : voilà un 4e tome qui clôt  la série avec brio ! Si j'avais un peu moins aimé L'aîné et Brisingr, autant dire que cet opus a su maintenir mon intéret sans faiblir : le résumé des trois tomes précédents  présent en début d'ouvrage m'a permis de refaire le point sur certains faits oubliées des premiers épisodes. 

Dans ce dernier tome, l'auteur nous propose une double intrigue qui amène à suivre d'un côté Eragon et de l'autre Nasuada et je reconnais que j'étais autant intéressée par les aventures de l'un que de l'autre. Plus j'avançais dans ma lecture et plus je m'interrogeais sur la manière dont l'auteur allait se sortir de son histoire. Or, Christopher Paolini a su me surprendre alors même que je le souspçonnais, à tort, de préparer une fin beaucoup plus convenue.

Toutefois, certaines questions restent, selon moi en suspens et certains personnages n'ont pas été assez exploités ou fouillés et je ne peux m'empêcher également de penser que cette fin qui en est une, certes, laisse tout loisir à la poursuite de la saga.

Bref, j'ai aimé et je ne serai pas surprise d'apprendre un jour la publication d'une suite !

 

En résumé : une belle fin de saga ! 15,5/20. 

 

Le petit plus de Véro : c'est Odwy qui a organisé la lecture commune de cette tétralogie. Les autres avis des bloggeurs seront insérés au fur et à mesure de leur publication ici 

lc-eragon

 

La saga...
T.1  Eragon

T.2  L'Aîné

T. 3 Brisingr

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 18:00

4e de couverture : oubliant les nombreux services que son valet Figaro lui a rendus dans Le Barbier de Séville, le comte Almaviva tente de lui dérober sa fiancée Suzanne. Avec l'ingéniosité de celle-ci et l'aidBeaumarchais.jpge de la comtesse, Figaro obtiendra-t-il enfin la main de celle qu'il aime ?
Deuxième volet de la célèbre trilogie de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, selon le mot de Bonaparte, "c'est déjà la Révolution en action". Dénonciation des abus de la noblesse, contestation du privilège de la naissance, satire de la justice : à bien des égards, cette pièce écrite en 1778 est révolutionnaire avant l'heure. Mais "la folle journée", pleine de rebondissements et de quiproquos, de chansons, de tableaux vivants et de morceaux de bravoure", est avant tout le chef-d'œuvre d'un dramaturge virtuose.    

 

Mon avis : une plume vive et acérée. Un regard impertinent sur les hommes infidèles, sur les femmes trop aimantes. Des intiguants pris à leur propre piège. Des femmes qui ne se laissent pas mener par le bout du nez. Des rebondissements. Des personnages alertes...
Bien sûr, la lecture de cette pièce peut se faire au premier degré et vous passerez un excellent moment avec cette comédie. Mais, au-delà, se trouve néanmoins une véritable critique de la société du 18e...
Car, dans Le mariage de Figaro, Beaumarchais dénonce, entre autre, la condition de la femme mais aussi les abus de pouvoir de la justice. Rappelons juste que cette pièce fut écrite à l'aube de la révolution français et en plein essor des idées des Lumières : nul doute que Beaumarchais trouva là de quoi affuter son argumentaire contre les privilèges de la noblesse...

 

En résumé :  j'ai adoré ! 16/20.

 

Du côté des challenges... 

 

53918172 p

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 19:30


4e de couverture : Les cahiers secrets viennent compléter le premierNin.jpeg tome du fameux Journal d'Anaïs Nin avec Henry Miller et June, sa femme. C'est une confession impudique, sans parallèle dans les lettres contemporaines. Cependant qu'Anaïs, jeune mariée vit à Paris puis à Louveciennes avec son mari Hugo, elle rencontre Henry et June. Elle tombe amoureuse de la beauté de June et de la littérature de Henry ; elle brûle de connaître sa vraie nature, le monde du sexe, de la passion. Elle s'en approche avec June. Elle s'y lance à corps perdu avec Miller dès que June est repartie pour New York. Ces Cahiers secrets prennent la dimension d'un très grand roman d'amour en même temps qu'ils offrent un éclairage unique non seulement sur Anaïs Nin et Henry Miller, mais sur notre époque et sur toute femme en quête de son propre accomplissement. Ceux qui avaient été surpris par Vénus Erotica risquent de l'être plus encore par ces Cahiers secrets.  

 
Mon avis : plusieurs écueils se dressaient entre cette lecture et moi. D'une part, une biographie, d'autre part, un journal.... forcément, c'était compliqué et ça n'a pas loupé, je n'ai pas accroché à cette lecture.
Ni les crises conjuguales entre Anaïs et son mari, ni les émois divers et variés provoqués un coup par la beauté de June Miller, un coup par l'écriture d'Henry Miller n'ont trouvé le moindre écho chez moi. Je suis même tentée de dire qu'Anaïs Nim m'a vite agacée et que ses hésitations ont eu raison de ma patience.
Oui, Anaïs Nin fut une femme sulfureuse qui, bien que n'aimant plus son mari continua pourtant à rester avec lui en dépit de ses amants, de son admiration éperdue pour Henri Miller..., oui, elle compris peut-être plus vite que d'autres qu'elle peut tromper physiquement tout en restant fidèle à chacun des hommes qu'elle aime....

Alors, aux amateurs du genre, nul doute que ces Cahiers secrets plairont...

Bref, une lecture qui me conforte dans l'idée que les biographies ne sont pas ma tasse de thé. 

 

En résumé : pas mon genre de prédilection ... 13/20.  

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 12:00

4e de couverture : la légende du roi Arthur et des chevaliers de la Table rondeZimmer-1.jpg n'avait, depuis longtemps, inspiré un roman d'une telle envergure, d'un pareil souffle. Merlin l'Enchanteur, Arthur et son invincible épée, Lancelot du Lac et ses vaillants compagnons, tous sont présents mais ce sont ici les femmes qui tiennent les premiers rôles : Viviane, la Dame du Lac, Ygerne, duchesse de Cornouailles et mère d'Arthur, son épouse Guenièvre, Morgane la fée, sœur et amante du grand roi... Cette épopée envoûtante relate la lutte sans merci de deux mondes inconciliables, celui des druides et des anciennes croyances défendant désespérément un paradis perdu et celui de la nouvelle religion chrétienne supplantant peu à peu rites et mystères enracinés au cœur de la Grande-Bretagne avant qu'elle ne devienne l'Angleterre.                                                 

 

Mon avis :  Arthur et les chevaliers de la Table ronde, histoire maintes fois répétées... rien de nouveau sous le soleil me direz-vous ! Eh bien si, justement, du nouveau il y en a avec Les Dames du Lac, car lasse des héros masculins surexploités, c'est du côté des femmes de la légende que Marion Zimmer Bradley a tourné son regard ! Et  Entre Viviane, la Dame du Lac et grande prêtresse d'Avalon, Ygerne, sa soeur, mère de Morgane et d'Arthur, de Gueniève, l'épouse de celui-ci .... quelles femmes ! Mais c'est Morgane la Fée qui est au coeur du récit de ce premier tome dont la trame de fond met en exergue l'opposition entre deux mondes : celui des Druides et des croyances ancestrales païennes auxquelles vient se heurter de plein fouet le christiannisme en pleine expansion et ce, au moment même où se forme ce qui deviendra la Grande-Bertagne.
Un souffle épique et historique, de belles histoires d'amour, des aventures d'hommes d'un autre temps, des alliances et des trahisons, des légendes ... tout y est !
Un savant mélange de roman historique et de fantasy, de roman d'amour et de guerre, le tout pour mon plus grand plaisir !
     

En résumé : une lecture envoûtante ! 16/20 !

     

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article

Présentation.

  • : 1000 - et - 1
  • 1000 - et - 1
  • : Mes lectures, mes coups de coeur ou de sang ... une fenêtre ouverte sur le monde.
  • Contact

1000-et-1 livres

Vous voulez tout savoir sur les livres qui sont dans ma bibliothèque, où j'en suis de ceux que je lis, ceux que j'aimerais bien lire mais qui ne sont pas encore en ma possession ...

Rien de plus simple, il suffit de cliquer ICI !

Une Recherche ? C'est Ici...

Challenges et services presse...

Archives

Des blogs où j'aime aller...

Vous trouverez ci-dessous la liste des blogs où je vais faire un tour très souvent, n'hésitez pas à aller les visiter vous aussi !

Le bazar de la littérature
 
de Melisende.
Lire et délires de Flof13. 
Le blog de Deliregirl1.
La ronde des post-it de Lasardine, Ln et Fabi.
Méli-Mélo de bouts de vie.
Les mots de Nanet.
Aperto libro de Calypso.
Entre les pages de Pauline.
Le blog de MyaRosa.
D'une berge à l'autre avec Jérôme.
Bienvenue à Bouquinbourg de Soukee.
Les carnets de lectures de Pimprenelle.
Book en stock, le co-blog de Dup et Phooka.
Les escapades culturelles de Frankie.
Le capharnaüm éclairé de Nelfe et Monsieur K.