Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 08:30

4e de couverture : c'est à Londres, en 1943, que Joseph Kessel, conteur inégalable et premier chroniqueur de notre temps, à écrit "L'armée des ombres", qui n'est pas seulementcouv75444664.jpg l'un de ses chefs-d'oeuvre mais le roman-symbole de la Résistance que l'auteur présente ainsi : "La France n'a plus de pain, de vin, de feu. Mais surtout elle n'a plus de lois. La désobéissance civique, la rébellion individuelle ou organisée sont devenues devoirs envers la patrie.
Jamais la France n'a fait guerre plus haute et plus belle que celles des caves où s'impriment ses journaux libres, des terrains nocturnes et des criques secrètes où elle reçoit ses amis libres et d'où partent ses enfants libres, des cellules de torture où malgré les tenailles, les épingles rougies au feu et les os broyés, des français meurent en hommes libres.
Tout ce qu'on va lire ici a été vécu par des gens de France."

 

Mon avis : quand j'ai vu ce livre à la bibliothèque, je n'ai pas hésité une seconde. D'une part, parce que j'ai vu plusieurs fois le film du même nom, d'autre part, parce que j'ai particulièrement aimé Les cavaliers dont je vous ai déjà parlé dans un billet (un petit clic ici pour ceux qui voudraient le consulter).

Au fil des pages, j'ai retrouvé des images du film tourné en 1969 par Jean-Pierre Melville avec, excusez du peu, Lino Ventura, Jean-Pierre Cassel, Paul Meurisse, Simone Signoret... et je dois dire que certains des personnages avaient clairement le visage des acteurs, en particulier pour Mathilde (Simone Signoret) et St Luc (Paul Meurisse).

 

L'armée des ombres est l'armée composée des résistants français durant la seconde guerre mondiale . Dès la préface, Joseph Kessel avertit son lecteur qu'" Il n'y a pas de propagande en ce livre et il n'y a pas de fiction  [...] Pour les caractères, les situations, la souffrance la plus nue et pour le plus simple courage, il n'y avait qu'un tragique embarras du choix." En effet, et c'est sans conteste ce qui donne une telle force et une telle émotion à ce livre, ce roman présente la résistance française dans ses combats, ses peurs, ses souffrances, ses figures anonynes qui dès le départ ou parfois un seul jour, ont combattu pour la liberté au péril de leurs vies.

 

C'est au travers des yeux de Philippe Gerbier, membre actif de la résistance, que nous voyons la résistance : du camp de concentration dont il s'échappe, à l'exécution d'un traître, des portraits d'autres résistants aux notes personnelles concernant tant l'organisation des réseaux que sur l'acte lui-même de résistance, de sa veillée avant sa propre exécution à son sauvetage par Mathilde et jusqu'à l'exécution de celle-ci, Joseph Kessel nous donne à voir la résistance telle qu'elle était durant la seconde guerre mondiale. Bref un récit fort, poignant et tragique de la plume d'un grand écrivain de la littérature française contemporaine. 

 

En résumé : je ne peux que vous conseiller la lecture de ce roman auquel je donne la note de 18/20 ainsi que la (re)découverte du film.

   

Un passage que j'ai aimé :

Page 30 : " La résistance. Tu entends ? dit encore Gerbier. Endors-toi avec ce mot dans la tête. Il est le plus beau, en ce temps, de toute la langue française. Tu ne peux pas le connaître. Il s'est fait pendant que l'on te détruisait ici. Dors, je te promets de te l'apprendre. "

   

Un clic pour d'autres livres sur le même thème ...

Si c'est un homme de Primo Levi.

L'enfant de Noé d'Eric-Emmanuel Schmitt.

Partager cet article
Repost0

commentaires

toma 04/01/2013 18:10


J' ai quelques questions: c'est urgent!!!!


1) Le portrait moral détaillé de Mathilde( détaillé).


5) Qui est St LUC? Expliquer l'évolution des sentiments de son frère à son égard entre la visite à son hotel et la rencontre suivante.



Elise et Laura 04/01/2011 21:17



Bonjour Véro !


Nous faisons un exposé sur "la résistance selon Gerbier", nous voudrions savoir, se que vous pensez du point de vue de Gerbier, sur la résistance.


Merci d'avance de votre aide, et merci d'y répondre au plus vite. Et bonne année !



djak 08/07/2010 23:40



tout à fait un livre pour moi, ça! et ton billet donne très envie de le découvrir! Merci!



Véro. 09/07/2010 22:04



Merci Djak ! Ce livre est court et peut se lire rapidement mais il est aussi très poignant. J'espère que tu auras le plaisir de le lire.



lili 01/07/2010 23:07



un classique que je vais lire d'ici peu.



Véro. 04/07/2010 11:16



Super ! J'ai hâte de lire ton billet Lili !



flof13 01/07/2010 01:06



ah ! j'avais beaucoup aimé le film (je suis une grande fan de Ventura !)... je ne savais pas que c'était un livre au départ, je le note, d'autant que j'adore les romans historiques... et cette
période est une de mes préférées ! Merci Véro !!!!



Véro. 04/07/2010 11:12



Pareil pour Ventura... Je suis sûre que ce livre te plaira. Les cavaliers aussi à mon avis ! Plein de bisous pour de bonnes vacances !



Présentation.

  • : 1000 - et - 1
  • : Mes lectures, mes coups de coeur ou de sang ... une fenêtre ouverte sur le monde.
  • Contact

1000-et-1 livres

Vous voulez tout savoir sur les livres qui sont dans ma bibliothèque, où j'en suis de ceux que je lis, ceux que j'aimerais bien lire mais qui ne sont pas encore en ma possession ...

Rien de plus simple, il suffit de cliquer ICI !

Une Recherche ? C'est Ici...

Challenges et services presse...

Archives

Des blogs où j'aime aller...

Vous trouverez ci-dessous la liste des blogs où je vais faire un tour très souvent, n'hésitez pas à aller les visiter vous aussi !

Le bazar de la littérature
 
de Melisende.
Lire et délires de Flof13. 
Le blog de Deliregirl1.
La ronde des post-it de Lasardine, Ln et Fabi.
Méli-Mélo de bouts de vie.
Les mots de Nanet.
Aperto libro de Calypso.
Entre les pages de Pauline.
Le blog de MyaRosa.
D'une berge à l'autre avec Jérôme.
Bienvenue à Bouquinbourg de Soukee.
Les carnets de lectures de Pimprenelle.
Book en stock, le co-blog de Dup et Phooka.
Les escapades culturelles de Frankie.
Le capharnaüm éclairé de Nelfe et Monsieur K.