Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 18:00

4e de couverture : Glasgow. Deux hommes cagoulés font irruption dans la Mina.jpgmaison d'une famille immigrée de la banlieue résidentielle en réclamant « Bob ». Aamir Anwar, le père, est pris en otage. Une rançon de deux millions de livres est exigée. L'inspectrice Alex Morrow sent que quelque chose cloche. D'abord, il n'y a pas de Bob, et l'on pourrait croire à une erreur si certains regards et attitudes ne l'incitaient à penser que quelqu'un ment ; en tout cas, tout le monde a quelque chose à cacher. Étude du machisme et du racisme ordinaires en milieu écossais, Le Silence de minuit rejoint la tradition des romans policiers d'action où du nouveau surgit à chaque page, jusqu'au dénouement final, totalement imprévu. 

 

En résumé : je dois bien dire que je ne suis pas vraiment en accord avec la couverture de ce roman (ce n'est pas un thriller mais une enquête policière), ni avec la 4e de couverture (du nouveau ne surgit pas à chaque page). J'ai même trouvé une certaine lenteur au récit : ce n'est qu'au quart du roman que l'enquêtrice percute sur un fait que l'auteure fait volontairement apparaître dès les premières pages au lecteur : 1/4 du roman c'est un peu long, non ?
Certes, l'écriture est facile à lire mais je ne peux m'empêcher de penser qu'avec la moitié moins de pages, le roman aurait été plus efficace et surtout plus rythmé ! Pourtant, l'idée d'alterner les points de vue des truands, des enquêteurs et de l'otage pour raconter l'histoire est une bonne idée mais, je trouve la réalisation décevante.
Les deux problématiques que l'auteure pose dans ce roman, à savoir l'enlèvement d'un épicier ougandais de banlieue et celle d'une enquêtrice visiblement atteinte de graves problèmes familiaux, trouvent des résolutions pour le moins faciles en quelques pages qui m'ont presque données l'impression d'une fin bâclée. En effet, et assez curieusement alors que tout le reste est pour le moins largement détaillé par Denise Mina, certaines explications concernant la responsabilité des uns et des autres m'ont parues brouillonnes pour ne pas dire carrément confuses, et certains faits m'ont laissé plus que sceptique (je n'ai pas cru une seconde à ce semblant de Syndrome de Stockholm !).
Bref, une déception pour cette lecture...

 

En résumé : une rencontre loupée et un 12,5/20.

Merci qui ? Merci au Livre de poche pour l'envoi gracieux de ce roman dans le cadre d'un partenariat avec Livraddict

 

Du côté des challenges....
23e étape de mon tour du monde en lisant avec cette auteure écossaise.

logo3 

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 07:40

4e de couverture : "Un frisson d'angoisse parcourut le dos d'Ewilan.
-L'Appel Final mérite des jeux extraordinaires, peuple de Valingaï, pourquivitTentacules-Bottero.jpg Baaldoub. Je t'ai donc concocté un programme éblouissant, un programme sanglant, un programme à ta mesure!"

 

Mon avis : le second tome nous avait laissé avec quelques questions en suspens qui n'attendaient que de trouver leur réponses.
J'ai dévoré ce tome, ne pouvant le lâcher et, voulant tout à la fois connaître l'issue de cette trilogie et triste à l'idée de savoir que s'achevait l'histoire d'Ewilan.

Ce tome conclut les deux trilogies, La quête d'Ewilan et Les mondes d'Ewilan et ce de fort belle manière. Le périple entamé lors du tome précédent se poursuit... Je n'en dis pas plus afin de ne pas gâcher le plaisir à ceux qui n'ont pas encore lu L'oeil d'Otolep.
Toujours est-il que cette trilogie se termine en fanfare avec une fin moins manichéenne et moins "jeunesse"  que l'on aurait pu le craindre.
Bref, une belle rencontre que celle d'Ewilan grâce à Pierre Bottero et une satisfaction de savoir que la trilogie d'Ellana est dans ma PAL !

 

En résumé : un dernier tome au-dessus des précédents et qui mérite un 17/20!  

 

UN CLIC POUR LA QUETE D'EWILAN
T1 : D'un monde à l'autre 

T2 : Les frontières de glace

T3 : L'île du destin

 

UN CLIC POUR LES MONDES D'EWILAN  
T 1 : La forêt des captifs

T 2 :  L'Oeil d'Otolep

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 07:00

4e de couverture : les Premiers jours du Monde étaient à peine passés Tolkien.jpgquand Fëanor, le plus doué des elfes, créa les trois Silmarils. Ces bijoux renfermaient la Lumière des Deux Arbres de Valinor. Morgoth, le premier Prince de la Nuit, était encore sur la Terre du Milieu, et il fut fâché d'apprendre que la Lumière allait se perpétuer. Alors il enleva les Silmarils, les fit sertir dans son diadème et garder dans la forteresse d'Angband. Les elfes prirent les armes pour reprendre les joyaux et ce fut la première de toutes les guerres. Longtemps, longtemps après, lors de la Guerre de l'Anneau, Elrond et Galadriel en parlaient encore.

 

Mon avis : ma première expérience avec Le seigneur des anneaux tourna court et j'avais arrêté ma lecture après une centaine de pages. Quelques années plus tard, ayant retenté l'expérience, j'en étais arrivée au même résultat. Pourtant, à la troisième tentative, la magie Tolkien opéra sur moi et je dévorais littéralement les trois tomes de la saga sans pouvoir m'en détacher. Aussi, quand j'ai commencé à peiner sur la lecture du Silmillion, forte de mes premiers échecs avec l'auteur, j'ai persévéré ... et pourtant, j'ai abandonné malgré tout, lasse d'avoir le sentiment de lire un livre "religieux" : pas étonnant puisque ce livre retrace la génèse de La Terre du Milieu... Oui mais voilà, la succession de version légérement modifiées des légendes de la création de la Terre du milieu m'a rapidement ennuyée. A la décharge du roman, je pense qu'il gagne à être lu dans un moment de calme et de détente par exemple durant des grandes vacances... Alors, je ne désespère pas et me dis que ce n'est que partie remise et que, sans doute, tout comme pour le SDA, je finirai par tomber sous le charme et aller au-delà des 200 premières pages...

 

En résumé : un rendez-vous manqué pour une lecture abandonnée.

 

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 17:30

4e de couverture : la vengeance est un plat qui se mange froid, mais certains offensés l'assaisonnent avec raffinement tel qu'ils l'élèvent au rang d'une gastronomie. Edmond Dantès, leDumas.jpg héros du Comte de Monte-Cristo, est de ceux-là. Jeune marin, âme candide et fils modèle, il semble promis au bonheur et à une brillante carrière dans la marine, quand soudain tout s'écroule.
Du jour au lendemain, il se voit précipiter dans un abîme de détresse et de ténèbres. Arrêté comme comploteur, il est enfermé au château d'If, la prison de Marseille, pour y croupir jusqu'à la fin de ses jours. Sa faute ? S'être attiré la jalousie de deux rivaux. Sa malchance ? Avoir affaire à un magistrat arriviste et malhonnête.
Mais, au bout de quatorze ans, Dantès s'évade et reparaît, après complète métamorphose en richissime aristocrate, pour châtier les trois misérables responsables de ses malheurs.

 

Mon avis : qui ne connaît l'histoire d'Edmond Dantès, ce marin marseillais qui, alors même qu'il doit se marier avec la belle Mercèdes, est arrêté après avoir été dénoncé par certains de ses amis comme étant bonapardiste.

Enfermé au large de Marseille, il rencontre l'abbé Faria et alors que celui-ci croît avoir creusé un tunnel le menant à la mer, il débouche dans la cellule d'Edmond qu'il va instruire et sortir du désespoir et de la solitude. Grâce à  la mort de l'abbé, Edmond réussit à s'échapper du château d'If, récupère un trésor révélé par l'abbé et, devenu désormais le puissant et riche Comte de Monte-Cristo, il entreprend alors de se venger de ceux qui l'ont privé de liberté pendant 14 années.

Quand j'avais une dizaine d'années, j'ai été subjuguée par la série télévisée du Comte de Monte-Cristo interprété par l'excellent Jacques Weber et autant vous dire que 30 ans plus tard, Edmond Dantès avait toujours les traits de ce magnifique acteur !

Cette fois-ci, c'est en audio-livre que j'ai savouré cette histoire (merci les voyages pendant les grandes vacances) et encore une fois, comme pour Les trois mousquetaires, la magie a opéré : j'ai été entraîné à la suite d'Edmond dans ce roman dont le rythme et les intrigues enchevêtrées tiennent le lecteur en haleine ! Une galerie de personnages haute en couleurs, des moments surprenants sous la plume de l'auteur quand on pense à l'époque (Eugénie Danglars et sa maîtresse de chant), de l'action, du suspens, de l'émotion ...

Bref, un pur moment de plaisir !

 

En résumé : curieux hasard qui fait que mes deux premières rencontres avec cet auteur soit par le biais de livre-audio ... promis, je lis le suivant ! Encore 18/20 pour Monsieur Dumas !

 

Le petit plus de Véro...

Pour revoir le beau Jacques Weber dans la série réalisée par Denys de La Patellière, c'est ici !

 

Un clic pour un autre livre d'Alexandre Dumas...

Les trois mouquetaires.

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 16:45

4e de couverture : et les Dieux créèrent l'homme, et chaque dieu choisit son peuple. Ah! Que le monde était jeune, que les mystères étaient limpides! Mais Torak, le dieu jaloux, vola eddings.jpgl'Orbe d'Aldur, le joyau vivant façonné par l'aîné des dieux, et ce fut la guerre. Le félon fut châtié ; à Cthol Mishrak, la Cité de la Nuit, il dort toujours, d'un long sommeil hanté par la souffrance.
Le fleuve des siècles a passé sur les royaumes du Ponant. Les livres des présages ne parlent plus qu'aux initiés, mais ils sont formels : Torak va s'éveiller. Et justement l'Orbe disparaît pour la seconde fois. Que le maudit la trouve à son réveil et il établira son empire sur toutes choses.
Belgarath le sorcier parviendra-t-il à conjurer le sort? Dans cette partie d'échecs cosmique, il a réussi à préserver une pièce maîtresse : le dernier descendant des Gardiens de l'Orbe, désigné par les présages, mais qui n'est encore qu'un petit garçon jeté sur les routes par une venteuse nuit d'automne. Un simple pion, et si vulnérable...

Mon avis : voyons, voyons... disons qu'il aura fallu environ 5 pages à Eddings pour m'attirer dans son univers ...

Rien à redire, tout m'a plu : l'univers, les personnages, l'histoire...C'est malin, encore une saga fantasy qui fait son entrée directement dans ma LAL !  

Forcément, quand l'univers est aussi bien construit, quand les personnages sont aussi forts avec des personnalités et des caractères propres qui les rendent tous plus intéressants les uns que les autres, quand l'humour est présent, quand l'histoire est bien contée, que la montée en puissance est parfaitement dosée, que le premier tome s'achève sur un grognement de déception car la suite n'est pas là et que d'autres lectures attendent avant de pouvoir connaître la suite des aventures, eh bien moi je dis qu'il n'y a aucune raison de ne pas se lancer directement dans la lecture ce premier tome si vous ne l'avez déjà fait !

Bref, de la bonne fantasy qui saura séduire les amateurs du genre !

 

En résumé : vivement la suite et quant à ce premier tome, je lui donne la note de 15/20 !

 

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 08:51

4e de couverture : par une nuit fatale, dans le merveilleux pays d'Alasea frappé par une malédiction, trois mages firent un ultime acte de résistance, sacrifiant tout dans l'espoir declemens1.jpg préserver le bien. Cinq cents ans plus tard, au jour anniversaire de cette nuit sinistre, une petite fille hérite d'un pouvoir perdu depuis longtemps. Mais avant qu'elle puisse comprendre son terrible don, le Seigneur Noir lance ses monstres ailés pour la capturer et lui rapporter la magie embryonnaire qu'elle détient. Fuyant les hordes des ténèbres. Elena est précipitée vers une issue terrible... et vers la compagnie d'alliés inattendus. Formant avec eux une bande de parias et de hors-la-loi, elle va tenter de combattre les forces implacables du mal et de secourir un empire autrefois glorieux...

Mon avis : n'y allons pas par 4 chemins, je n'étais pas spécialement enthousiaste à l'idée d'entamer cette lecture qui ne me tentait guère...

Au final, je dirai que le roman ne fut pas inintéressant même si je l'ai trouvé un tantinet un peu en longueur.

J'ai parfois eu le sentiment d'être un roman de LDJ avec une trame un peu trop simple et qui n'apporte aucune surprise au lecteur tout au long du roman.
La galerie des personnages est intéressante et c'est même l'objet de ce premier tome puisqu'il s'agit ni  plus, ni moins que du rassemblement d'une équipe de "bras cassés" se formant autour d'Elea qui vient d'hériter d'un pouvoir la dépassant totalement.
Si je n'ai pas été ennuyée par ce premier tome qui porte essentiellement sur la mise en place de l'univers et des personnages, pour autant je n'ai pas non plus envie d'en savoir plus et j'en resterai là sur cette saga Des bannis et des proscrits qui ne contient pas moins de  5 tomes...

Bref, une lecture qui ne m'a pas attirée dans son univers.

 

En résumé : une saga qui peut plaire aux amateurs du genre même si elle ne m'a pas convaincue. 13/20.

 

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 11:09

4e de couverture : ce matin là, Mario Conde, gueule de bois et moral en berne, n'aurait pas dû répondre au téléphone. A présent, il est chargé d'enquêter sur la padura.jpgdisparition de Rafael Morin, directeur d'entreprise et homme exemplaire aux yeux de tous. Aux yeux de Conde, il reste avant tout l'étudiant qui lui a ravi la belle Tamara. Veut-il vraiment retrouver son ancien rival ?

 

Mon avis : Mario Conde, enquêteur de la police cubaine, démarre l'année 1989 plutôt mal puisque le voilà obligé d'enquêter sur la mystérieuse disparition de Rafael Morin, directeur d'une grande entreprise et qui a surtout eu le désagréable avantage d'épouser la fille dont le Conde était fou amoureux au lycée.

Le fil de l'enquête devient alors aussi le prétexte pour Leonardo Padura d'évoquer à travers les souvenirs de son personnage La Havane des années 70 et de faire, par touches délicates, une remise en cause du régime politique. Ceci explique sans doute pourquoi certains livres de Leonardo Padura ont été censuré à Cuba.

A noter que Passé parfait appartient à un cyle, "Les quatre saisons" dont Le Conde, héros récurrent, permet à l'auteur d'aborder les problèmes sociaux qui touchent Cuba et la désillusion qui touche ses habitants.

Bref, un polar qui emmène dans un Cuba dépeint sans concession par Padura.

 

En résumé : un polar plutôt méditatif mais qui a su m'accrocher et auquel je donne la note de 14/20.

 

 

Du côté des challenges... un 22e pays visité dans mon tour du monde en lisant !

 

logo3

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 09:16

4e de couverture : je me souvenais qu'un jour, dans une plaisanterie sans gaîté, Makine.jpgCharlotte m'avait dit qu'après tous ses voyages à travers l'immense Russie, venir à pied jusqu'en France n'aurait pour elle rien d'impossible [...]. Au début, pendant de longs mois de misère et d'errances, mon rêve fou ressemblerait de près à cette bravade. J'imaginerais une femme vêtue de noir qui, aux toutes premières heures d'une matinée d'hiver sombre, entrerait dans une petite ville frontalière [...]. Elle pousserait la forte d'un café au coin d'une étroite place endormie, s'installerait près de la fenêtre, à côté d'un calorifère. La patronne lui apporterait une tasse de thé. Et en regardant, derrière la vitre, la face tranquille des maisons à colombages, la femme murmurerait tout bas : " C'est la France... Je suis retournée en France. Après... après toute une vie. "

 

Mon avis : si l'on peut toujours être critique quant à la vision  imaginée et/ou imaginaire d'un pays pour un autre, d'un continent pour un autre comme, par exemple, les peintres dit orientalistes, dans Le testament français, c'est la France qui est conçue dans cette optique. Et c'est la vision mythique de la France à travers les yeux de Charlotte Lemonnier que nous restitue son petit-fils, qui, au fil des années, est devenu son confident et s'est imprégné de l'univers décrit par cette grand-mère perdue au fin fond de la Russie du 19e.

Sans doute n'aurais-je jamais emprunté ce roman si j'avais su qu'il avait été prix Goncourt 1995 et ex-aequo du prix Médicis 1995, étant donné ma divergence de goût avec ceux qui s'arrogent le droit de faire la pluie et le beau temps dans les prix de la rentrée littéraire ... Toutefois, si je ne peux pas dire que j'ai été transportée par ce récit que j'ai trouvé somme toute assez lent et monocorde - mais cela est peut-être du au fait que je l'ai écouté en audio-livre... -  je dois reconnaître qu'il a bien accompagné les travaux que j'ai fait pendant une semaine dans la chambre de mon fils et qu'au final, j'ai fini par être intêressée même si l'action n'est pas trépidante, les rebondissements ou retournements de situation peu abondants...
La langue employée par Andreï Makine, alors même qu'il ne s'agit pas de sa langue maternelle, est magnifique et sans doute est-ce cela qui a éveillé mon intérêt pour ce roman.
Bref, une lecture qui a su me séduire et presque "m'envoûter" au fil des pages. 

 

En résumé : 15/20 pour cette rencontre assez inattendue.

 

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 12:04

4e de couverture : mon père me criait de remonter mon jean au-dessus de Fargues.pngmes fesses, de cesser d'écouter des chansons vulgaires sur mon iPod, de rapprocher mes coudes à table et de ne pas faire la tête chaque fois qu'il voulait m'emmener au musée. Il ajoutait toujours : «Plus tard, tu comprendras que c'est pour ton bien que je te disais ça, tu verras.»

Mon avis : j'ai lu ce livre dans un contexte particulier, puisque je l'ai entamé le lendemain des 12 ans de mon fils.
Or, le sujet de ce roman s'ouvre sur la perte d'un enfant du même âge que le mien, suite à un accident malencontreux. Le père, qui élève seul son fils, revisite alors son passé, leur vie à deux, les critiques qu'il a émis envers cet enfant qu'il aimait plus que tout et que rien ne le destinait à perdre de manière aussi prématurée et brutale.

Cette descente aux enfers d'un père qui perd tout ce qui, jusque là, faisait sens dans sa vie, est décrite avec sensibilité et aussi pudeur, mais également sans concession par l'auteur. Outre l'amour de Colin pour son fils, Nicolas Fargues sait aussi montrer l'égoïsme, la lâcheté, la mauvaise-foi qui ont parfois prévalues dans l'éducation de Clément ; mais, que le premier parent qui n'a jamais failli jette la première pierre à Colin...

Ce livre a presque un petit goût de séance de psychanalyse en faisant réfléchir aux ennemis impossibles que sont amour et éducation, à la manière dont nous élevons nos enfants, aux récriminations que nous pensons justifiées, aux erreurs que nous commettons de bonne foi, aux conflits sous-jacents que nous sentons poindre quand nos pré-ados entrent au collège, à la distance qui s'instaure peu à peu entre eux et nous, à l'indépendance qu'ils gagnent et au pouvoir que nous perdons...
Bref, une lecture qui va laisser des traces mais pour le meilleur, je le sais...

 

En résumé : une lecture coup de poing .... 15/20.

 

Merci qui ? Merci à Nelfe de l'excellentissime Le capharnaüm éclairé pour ce billet qui m'a convaincue de lire cet auteur ! Maxime, sans même le savoir, lui en sera éternellement redevable ! 

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 00:00

4e de couverture : le brûleur arrivait sur eux à une vitesse hallucinante. Ellana encocha une flèche, Edwin tira son sabre, Salim son poignard. Le cœur serré par l'angoisse, Ewilan comprit Oeil-Bottero.jpgpourtant qu'ils ne pourraient pas arrête le monstre. Elle se glissa, dans l'Imagination .

 

Mon avis : retour à Gwendalir où Ewilan suit sa formation jusqu'au jour où elle s'aperçoit qu'une espèce de méduse envahit peu à peu l'imagination. Délaissant ses camarades de formation qui, de leurs côtés, vont entreprendre de trouver un moyen de lutter contre ce nouveau fléau qui menace leur monde, elle part pour ramener Illian chez les Valangaï, son peuple natif. Ce périple permet aux principaux personnages des tomes précédents de se retrouver pour des aventures qui ne s'essouflent pas mais s'enchaînent à un rythme soutenu.

Ce tome est aussi celui dans lequel les couples prennent toute leur importance ... à vous de le lire pour savoir lesquels !

Bref, toujours autant de plaisir à cette lecture et un troisième tome qu'il est impératif d'avoir à portée de main puisque celui-ci s'achève sur des questions qui trouveront leur résoltion dans Les tentacules du mal.

 

En résumé : 16/20 et j'attaque immédiatement la suite !

 

LA QUETE D'EWILAN

T1 : D'un monde à l'autre 

T2 : Les frontières de glace

T3 : L'île du destin

 

LES MONDES D'EWILAN

T 1 : La forêt des captifs

 

Repost 0
Publié par Véro. - dans 1001 lectures.
commenter cet article

Présentation.

  • : 1000 - et - 1
  • 1000 - et - 1
  • : Mes lectures, mes coups de coeur ou de sang ... une fenêtre ouverte sur le monde.
  • Contact

1000-et-1 livres

Vous voulez tout savoir sur les livres qui sont dans ma bibliothèque, où j'en suis de ceux que je lis, ceux que j'aimerais bien lire mais qui ne sont pas encore en ma possession ...

Rien de plus simple, il suffit de cliquer ICI !

Une Recherche ? C'est Ici...

Challenges et services presse...

Archives

Des blogs où j'aime aller...

Vous trouverez ci-dessous la liste des blogs où je vais faire un tour très souvent, n'hésitez pas à aller les visiter vous aussi !

Le bazar de la littérature
 
de Melisende.
Lire et délires de Flof13. 
Le blog de Deliregirl1.
La ronde des post-it de Lasardine, Ln et Fabi.
Méli-Mélo de bouts de vie.
Les mots de Nanet.
Aperto libro de Calypso.
Entre les pages de Pauline.
Le blog de MyaRosa.
D'une berge à l'autre avec Jérôme.
Bienvenue à Bouquinbourg de Soukee.
Les carnets de lectures de Pimprenelle.
Book en stock, le co-blog de Dup et Phooka.
Les escapades culturelles de Frankie.
Le capharnaüm éclairé de Nelfe et Monsieur K.